mercredi 8 juin 2016

« Renvoyez-les », par Bob Kaufman

Voyageur, vagabond du cœur
Allant vers
un million de minuits noirs
Voyageur, vagabond des galaxies
Allant vers
un million de demains noirs noirs
Chercher et trouver les enfants d'Hiroshima,
Renvoyez-les, renvoyez-les
Libérez les cathédrales verrouillées prisonnières du béton,
Remplissez les théâtres vides de leurs diversions
moisies, le rire presque oublié.

Rendez-nous les fils disloqués
Empoisonnés par leurs avaries.
Retrouvez encore les putains harassées,
Crevant dans un coin, oubliées,
Cherchez le soleil et les chiens qui aboient
Pour les damnés pourrissant dans les tristes prisons.
Cherchez la pitié en enfer pour les grognasses de cire
Cachées dans les entrailles des Cadillac mâles.
Cherchez demain encore et encore pour les millionnaires nègres
Désespérément englués dans leur look luxe.
Cherchez l'amour quelque part, l'envapement éternel pour les camés irrécupérables,
Ils glissent furtifs dans la nuit, interminablement.
Voyageur maintenant,
Allant vers un million de minuits noirs noirs
Chercher et trouver les enfants d'Hiroshima,
Renvoyez-les renvoyez-les.

(Du recueil Solitudes)